Vous êtes ici : Les dossiers santé et bien-être > Prévention et maladies > Infection urinaire de l'homme ou de la femme : définition, symptômes, traitement

Infection urinaire de l'homme ou de la femme : définition, symptômes, traitement

Boire beaucoup d'eau

Homme ou femme, tout le monde peut être touché par une infection urinaire. Selon les statistiques, ce problème touche surtout les femmes et survient le plus fréquemment chez les personnes de 50 ans et plus. Pour y remédier, consulter son médecin s'impose. Il existe aussi d’autres thérapies possibles mais qui doivent obtenir l’aval d’un praticien.

Qu’est-ce que l’infection urinaire ?

Pouvant être chronique ou aiguë, l’infection urinaire touche l’un des organes qui constitue le système urinaire à savoir la prostate, l’urètre, le rein ou encore la vessie. Les hommes bénéficient davantage de protection contre les infections urinaires car le méat urinaire et l’anus sont plus ou moins éloignés. En général, lorsque ces messieurs sont touchés par cette pathologie, cela signifie qu’il y a peut-être une anomalie des voies urinaires.

Les femmes par contre sont beaucoup plus concernées par le problème car l’anus se trouve trop à proximité du méat urinaire ce qui tend à favoriser la prolifération des bactéries dans l’urine. Il existe essentiellement trois types d’infections urinaires. Le premier est appelé urétrite infectieuse qui touche l’urètre et qui se présente sous la forme d’une infection transmissible sexuellement. Puis, il y a la cystite infectieuse qui est très fréquente chez la gente féminine et qui se manifeste par l’inflammation de la vessie. Enfin, on a la pyélonéphrite qui est la forme la plus grave et qui concerne le rein. Elle est due au non traitement ou à un mauvais traitement d’une cystite.

Les symptômes de l’infection urinaire

L’infection urinaire se manifeste via un certain nombre de symptômes qui sont généralement les mêmes chez les hommes comme chez les femmes. En principe, elle entraîne des brûlures ainsi que des douleurs lors des mictions. Le patient ressent un besoin fréquent d’uriner même s’il s’agit d’une très petite quantité. L’urine peut aussi être malodorante, trouble ou même hémorragique dans certain cas. Une gêne voire des douleurs dans le bas-ventre sont ressenties. S’il s’agit d’une pyélonéphrite c’est-à-dire d’une infection des reins, la pathologie s’accompagne de vomissements, de fièvre, de frissons, de douleurs dans les organes sexuels ou encore des douleurs lombaires.

Comment traiter le problème ?

examen cyto bactériologique des urines (ECBU)

Déjà, pour limiter le problème, il est important d’adopter les bons gestes. Un manque de boissons chez les femmes peut expliquer une infection urinaire. Donc, il est essentiel de bien s’hydrater. Dans les toilettes, il faut éviter de s’essuyer d’arrière en avant car les bactéries et microbes risquent de migrer vers l’appareil urinaire. Il est aussi conseillé d’uriner systématiquement après des rapports sexuels.

En principe, des antibiotiques sont prescrites par les praticiens. Pour les patients qui ressentent une pression au bas-ventre ou des douleurs, des analgésiques sont prescrits. En prévention, la canneberge s’avère excellente pour lutter contre cette pathologie. Sinon, il est aussi possible d’opter pour une thérapie d’irrigation en buvant beaucoup de liquide qui favorise l’élimination des bactéries grâce à une hausse du débit urinaire.

Les infusions de prêle des champs, d’ortie ou encore de verge d’or sont recommandées. Bien entendu, avant d’entamer un quelconque traitement, passer par son médecin traitant est indispensable : il prescrira un examen cyto bactériologique des urines (ECBU) afin de déterminer quels germes sont à l'origine de l'infection, dans le but d'être plus efficace dans le traitement.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : 2XjnYY

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Poursuivre votre lecture