Vous êtes ici : Les dossiers santé et bien-être > Prévention et maladies > Cosmétiques : trop de composants nocifs pour notre santé

Cosmétiques : trop de composants nocifs pour notre santé

Consommer sans s’empoisonner - Hors Série 60 millions

Avec l’été, c’est le boum des achats de crèmes solaires. Vous vous interrogez sur la plus protectrice, la meilleure pour votre peau, etc ? Attention à bien regarder ce qu’elles contiennent. Et cela ne vaut pas que pour votre écran total ; qu’il s’agisse des crèmes solaires, crèmes hydratantes, gels douches, shampooings, teintures, déodorants, démaquillants ou maquillage, la grande majorité des cosmétiques contient des composés nocifs qu’il faut savoir décrypter.

Les produits nocifs qui se cachent dans nos cosmétiques

C’est comme la lecture d’un menu au restaurant : il arrive que l’intitulé du plat nous mette les papilles en émoi rien qu’à sa lecture mais que le résultat gourmand ne soit pas forcément à la hauteur. Pour les cosmétiques, c’est un peu pareil, les fabricants mettent très souvent en avant des produits qui évoquent la douceur, comme le lait d’avoine, l’huile d’argan, le miel de fleurs, le lait de vanille, alors que le produit contient des substances qui peuvent nuire à plus ou moins long terme à la santé et à l’environnement. Quelles sont-elles ?

- les parabènes sont de moins en moins présents depuis qu’en 2005, le CSSC (comité scientifique européen pour la sécurité des consommateurs) les a pointés du doigt : heureusement car ces perturbateurs endocriniens s’avèrent encore plus dangereux au fil des études scientifiques. Certains seront même interdits à compter du 30 juillet 2015.

- le méthylisothiazolinone (MIT) provoque des allergies de type eczéma et l’hydroxytoluène butylé (BHT) est un perturbateur endocrinien, mais ils sont tous les deux autorisés.

- les phtalates autorisés comme le DEP (diéthyl phtalate), qui sont pourtant aussi des perturbateurs endocriniens.

- le sodium laureth sulfate (SLS) qui est un tensioactif irritant pour les peaux sensibles, est trop souvent surdosé. Mieux vaut lui préférer la coco bétaïne ou le coco glucoside.

- le phénolxyéthanol est dangereux pour les enfants car le passage transcutané est important et nocif pour le foie, notamment.

- le trichlorure ou chlorohydrate d’aluminium des déodorants est à proscrire car cancérigène (cancer du sein dont les glandes sont proches). Ne pas confondre avec la pierre d’alun naturelle (potassium alum) qui semble sans risque.

- des métaux lourds sont présents dans certains rouges à lèvres, alors qu’ils sont cancérigènes et toxiques pour le système nerveux. En outre, ils franchissent la barrière placentaire aisément.

- l’ammoniaque, les diaminobenzènes, le résorcinol, contenus dans les teintures capillaires sont dangereux (difficultés respiratoires, allergies, perturbateur endocrinien...)

- les filtres chimiques de la famille des benzophénones contenus dans les crèmes solaires sont des perturbateurs endocriniens avérés. Et les nanomatériaux qui les remplacent parfois ne sont pas encore évalués...

Et tout ne figure pas sur les étiquettes, notamment, les molécules se formant lors du processus de fabrication ainsi que les composés synthétiques odorants qui sont très allergisants et pas contrôlés par les institutions sanitaires.

Quels cosmétiques utiliser sans risques ?

Cosmétiques Cosmébio agréés par Ecocert

Une chose est sûre, c’est que les cosmétiques portant le label bio (Cosmebio agréé par Ecocert) ne contiennent pratiquement pas de substances toxiques ni de substances de synthèse : une proportion minimale de végétaux et d’ingrédients issus de l’agriculture biologique y est garantie.

Le Hors-série 60 Millions de consommateurs, sorti le 10 juillet 2014 (5,90 €), consacré au sujet "Consommer sans s’empoisonner - Perturbateurs endocriniens, additifs, pesticides, polluants intérieurs…" explique tout cela très en détails. C’est un véritable mode d’emploi pour choisir les cosmétiques de toute la famille avec discernement. Où sont les toxiques ? Comment les éviter ? Quels sont les produits les plus inoffensifs ?

Quant aux produits solaires, finalement, le bon sens devrait l’emporter : plutôt que de se tartiner de produits plus ou moins nocifs - notamment eut égard aux enfants - mieux vaudrait observer des comportements de base tels que s’exposer au soleil progressivement et sortir à la plage qu’après 16 h avec, si nécessaire, chapeau et tee-shirt... Il vous en coûtera moins cher, en plus !

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : TAFP8d

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Poursuivre votre lecture