Vous êtes ici : Les dossiers santé et bien-être > Prévention et maladies > Se faire vacciner ou pas contre la grippe ?

Se faire vacciner ou pas contre la grippe ?

Campagne pour la vaccination

Il apparait évident que la grippe A (H1N1) de2009 a laissé des séquelles, non pas d'un point de vue pathologique mais sur le plan de l'image négative qui colle maintenant à la vaccination.

Une vaccination prise en grippe

Un sondage de ce début de semaine annonce que 70 % des français n'ont aucunement l'intention de se faire vacciner contre la grippe, cette année. Les raisons invoquées sont l'inutilité pour 52 % et le risque encouru pour 22 %. Il faut dire que l'hiver dernier, le vaccin n'a été efficace qu'à hauteur de 30 % à cause de la mauvaise souche qu'il contenait...

Du coup, comme si les pouvoirs publics venaient soutenir l'industrie pharmaceutique, l'assurance maladie a lancé une campagne de com' en faveur de cette vaccination, relayée par des spots télévisés qui donnent la parole aux animateurs de France Télévisions (curieux !...) : "Grippe : pour éviter l’hospitalisation, passez à la vaccination"... Et ce n'est pas tout, les français dits "à risque", c'est à dire âgés de plus de 65 ans ou souffrant de maladies spécifiques, vont recevoir un courrier personnalisé, sésame pour aller se faire vacciner gratuitement : cela représente quand même 10 millions de personnes !

L’Institut de veille sanitaire (InVS) a dénombré, l'an passé, 18 300 décès dus à la grippe (dont 90 % avaient plus de 65 ans). En parallèle, si la couverture vaccinale atteignait 75 % (taux préconisé par l'OMS), cela n'éviterait que 3 000 décès, ce qui n'est pas si énorme, proportionnellement.

Après les plus âgés, voici que les "spécialistes" invoquent la nécessité de vacciner les femmes enceintes pour protéger le nouveau-né jusqu'à ses 6 mois, les enfants car ils contribueraient fortement à la propagation du virus et car la grippe peut être forte chez les moins de 1 an. Et après, à qui le tour ?!...

La vaccination, une arnaque des laboratoires ?

Certains affirment que le vaccin antigrippe est une "arnaque des laboratoires" puisqu'on est face à une opacité de leurs effets secondaires notamment.

Certes cela devient difficile de faire la part des choses et de se forger une opinion : après l'énorme cafouillage de la vaccination contre la grippe A (H1N1) en 2009, la polémique existe à propos du vaccin contre le papillomavirus, ainsi que pour le vaccin contre l'hépatite B soupçonné d'un lien avec la sclérose en plaque. Sans compter la polémique créée par la pénurie en pharmacie du vaccin DT-polio sans adjuvant qui permettrait de le remplacer par un vaccin combiné hexavalent (DTP + coqueluche + haemophilus influenzae de type B + hépatite B) jugé "dangereux" pour les bébés par certains.

Loin de cautionner les prises de positions diverses - et parfois bien réacs - de ces détracteurs de tous poils, il convient de reconnaitre que le lobby des laboratoires pharmaceutiques internationaux fait un peu ce qu'il veut face à des médecins parfois intéressés et des politiques qui ne sont pas experts de santé, et qui sont souvent leur porte-voix.

On attend maintenant le rapport sur la politique vaccinale que Marisol Touraine, ministre de la Santé, a commandé cet été 2015, à Sandrine Hurel, ancienne députée PS de Seine-Maritime (PS). Quoi qu'il en soit, la vaccination est un progrès considérable à condition de l'utiliser à bon escient, faisant fi de tout intérêt commercial.

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : yHqZJS

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Poursuivre votre lecture

  • Maux de tête et des migraines Maux de tête et des migraines Qui d’entre vous n’a pas souffert d’une terrible migraine un jour ? Pour certaines personnes ces céphalées sont même chroniques. C’est pourquoi j’ai décidé de consacrer un article...
  •