Vous êtes ici : Les dossiers santé et bien-être > Prévention et maladies > Se faire vacciner ou pas contre la grippe ?

Se faire vacciner ou pas contre la grippe ?

Campagne pour la vaccination

Il apparait évident que la grippe A (H1N1) de2009 a laissé des séquelles, non pas d'un point de vue pathologique mais sur le plan de l'image négative qui colle maintenant à la vaccination.

Une vaccination prise en grippe

Un sondage de ce début de semaine annonce que 70 % des français n'ont aucunement l'intention de se faire vacciner contre la grippe, cette année. Les raisons invoquées sont l'inutilité pour 52 % et le risque encouru pour 22 %. Il faut dire que l'hiver dernier, le vaccin n'a été efficace qu'à hauteur de 30 % à cause de la mauvaise souche qu'il contenait...

Du coup, comme si les pouvoirs publics venaient soutenir l'industrie pharmaceutique, l'assurance maladie a lancé une campagne de com' en faveur de cette vaccination, relayée par des spots télévisés qui donnent la parole aux animateurs de France Télévisions (curieux !...) : "Grippe : pour éviter l’hospitalisation, passez à la vaccination"... Et ce n'est pas tout, les français dits "à risque", c'est à dire âgés de plus de 65 ans ou souffrant de maladies spécifiques, vont recevoir un courrier personnalisé, sésame pour aller se faire vacciner gratuitement : cela représente quand même 10 millions de personnes !

L’Institut de veille sanitaire (InVS) a dénombré, l'an passé, 18 300 décès dus à la grippe (dont 90 % avaient plus de 65 ans). En parallèle, si la couverture vaccinale atteignait 75 % (taux préconisé par l'OMS), cela n'éviterait que 3 000 décès, ce qui n'est pas si énorme, proportionnellement.

Après les plus âgés, voici que les "spécialistes" invoquent la nécessité de vacciner les femmes enceintes pour protéger le nouveau-né jusqu'à ses 6 mois, les enfants car ils contribueraient fortement à la propagation du virus et car la grippe peut être forte chez les moins de 1 an. Et après, à qui le tour ?!...

La vaccination, une arnaque des laboratoires ?

Vaccins comment s'y retrouver ?

Le professeur Henri Joyeux, ancien chirurgien et cancérologue, vient de sortir un livre "Vaccins comment s'y retrouver ?", dans lequel il affirme que le vaccin antigrippe est une "arnaque des laboratoires" puisqu'on est face à une opacité de leurs effets secondaires notamment.

Certes cela devient difficile de faire la part des choses et de se forger une opinion : après l'énorme cafouillage de la vaccination contre la grippe A (H1N1) en 2009, la polémique existe à propos du vaccin contre le papillomavirus, ainsi que pour le vaccin contre l'hépatite B soupçonné d'un lien avec la sclérose en plaque. Sans compter la polémique créée par la pénurie en pharmacie du vaccin DT-polio sans adjuvant qui permettrait de le remplacer par un vaccin combiné hexavalent (DTP + coqueluche + haemophilus influenzae de type B + hépatite B) que le Professeur juge "dangereux" pour les bébés.

Loin de cautionner les prises de positions diverses - et parfois bien réacs - de ce médecin, il convient de reconnaitre que le lobby des laboratoires pharmaceutiques internationaux fait un peu ce qu'il veut face à des médecins parfois intéressés et des politiques qui ne sont pas experts de santé, et qui sont souvent leur porte-voix.

On attend maintenant le rapport sur la politique vaccinale que Marisol Touraine, ministre de la Santé, a commandé cet été 2015, à Sandrine Hurel, ancienne députée PS de Seine-Maritime (PS). Quoi qu'il en soit, la vaccination est un progrès considérable à condition de l'utiliser à bon escient, faisant fi de tout intérêt commercial.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : iZjtxa

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Poursuivre votre lecture