Vous êtes ici : Les dossiers santé et bien-être > Prévention et maladies > Syndrome de Raynaud : la maladie du froid

Syndrome de Raynaud : la maladie du froid

Maladie de RaynaudLe syndrome (ou maladie) de Raynaud est contracté par certains sujets en cas d’exposition au froid, à l’humidité ou encore en situation de stress émotionnel.

Cette pathologie bénigne la plupart du temps n’en est pas moins dérangeante, surtout en hiver... Elle correspond à une mauvaise circulation du sang dans les extrémités (doigts, pieds, orteils, nez) et affecte plus particulièrement les femmes.

Syndrome ou maladie ?

En fait, une distinction doit être faite entre les appellations "maladie" et "syndrome" de Raynaud : la première, qui se manifeste le plus souvent chez les personnes atteintes entre leurs 15 et 25 ans, est la phase primaire de cette affection. Le syndrome, sa forme secondaire, plus grave et plus rare, survient en général vers les 40 ans. On peut être atteint par l’un ou l’autre indistinctement, bien que le diagnostic de la maladie de Raynaud puisse constituer une alarme pour la suite.

Toutefois, souffrir de la maladie de Raynaud, même jeune, n’implique pas qu’elle déviera fatalement vers le syndrome. Les symptômes de ces affections peuvent être, en outre, parfois révélateurs d’une autre maladie.

Symptômes, facteurs de risque

Ce trouble chronique de la circulation sanguine que sont la maladie et le syndrome de Raynaud fut décrit pour la première fois en 1862. Les "crises" surviennent de manière périodique et soudaine : les parties touchées deviennent blanches, froides, parfois engourdies voire insensibles. Si la maladie touche spécifiquement les doigts et les orteils, elle peut atteindre dans certains cas le nez, la bouche et les oreilles.

Les causes de l’affection restent inconnues, mais avoir subi des engelures ou blessures aux extrémités augmenterait le risque. Les travailleurs manuels et personnes souffrant d’arthrite ou syndrome du canal carpien sont aussi exposés. Le facteur génétique également n’est pas à exclure.

Syndrome de Raynaud

Une crise en trois phases

Les crises dues aux affections de Raynaud sont dites paroxystiques, c’est-à-dire pouvant survenir n’importe quand – à la différence de l’acrocyanose, qui correspond à une hypersensibilité au froid accompagnée d’un refroidissement permanent, mais bénin, des extrémités.

La "crise" de Raynaud se compose de 3 phases successives : les parties atteintes deviennent blanches, bleues, puis rouges avec une sensation de picotements et, assez souvent, de douleur.

Un examen vasculaire (pouls) et une capillaroscopie (observation de la microcirculation au niveau des ongles) permettront de poser un diagnostic sûr, en faveur d’un syndrome de Raynaud ou d’une autre affection comme l’artérite.

Prise en charge et traitement

La meilleure façon d’enrayer la gêne de la maladie de Raynaud n’est rien d’autre qu’une protection optimale contre le froid : il est recommandé de se couvrir correctement les mains avec deux paires de gants, en soie par exemple recouverts de gants en polaire.

Les pieds seront emmitouflés dans des chaussettes en laine épaisse (ou matière chauffante, en magasins de sport). La tête et le cou doivent être chaudement habillés, car la chaleur corporelle s’évacue énormément par ces parties.

Côté prise en charge médicale, il n’existe malheureusement pas de traitement définitif pour ces affections ; très rarement, on pourra avoir recours à certains inhibiteurs calciques, sur prescription médicale suivie.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : vLECf7

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Poursuivre votre lecture