Vous êtes ici : Les dossiers santé et bien-être > Prévention et maladies > Constipation : symptômes, causes, traitements et prévention

Constipation : symptômes, causes, traitements et prévention

constipation et dysfonctionnement des intestins

La constipation touche entre 15 et 35 % des français et les femmes sont en général les principales victimes. Bien qu’elle soit bénigne la plupart du temps, cette pathologie est source d’inconfort mais peut aussi cacher un problème plus grave. Il est important d’en faire un bon diagnostic et de mettre en place un traitement adapté.

Définition et symptômes de la constipation

La constipation est un trouble se manifestant par une difficulté ou un retard d’évacuation des selles. La personne concernée a du mal à aller à la selle voire n’y parvient plus du tout. Les selles deviennent ainsi rares, sèches, dures, compactes et en faible quantité. Chez les personnes en bonne santé, la fréquence d’évacuation va de trois fois par jour à trois fois par semaine.

Il est important de noter qu’il existe deux principales formes de constipation. La première étant la constipation terminale. Le sujet est victime d’une dyschésie (défection difficile) à cause d’un problème de coordination musculaire de l’anus qui au lieu de se détendre, subit une contraction. Secundo, on retrouve la constipation du transit provoquée par un dysfonctionnement des muscles des nerfs liés aux intestins ou au tube digestif.

Pour déceler un signe de constipation, il est important d’être attentif à certaines manifestations. La sensation que les intestins ne sont pas vidés totalement après une évacuation est un signe. Des ballonnements abdominaux, une indigestion, des gaz, une perte d’appétit, une pression ou des douleurs dans le ventre peuvent être des symptômes de la pathologie. Des complications ne sont pas rares. Quand l’effort lors de l’évacuation est trop intense, une déchirure de l’anus apparaît entraînant des douleurs ainsi qu’un saignement. Par ailleurs, un risque de diverticulose n’est pas à écarter. Des diverticules qui sont des petites poches se formant à cause d’une constipation chronique et provoquent une infection ou une occlusion. Des hémorroïdes se manifestent.

Quelles sont les origines de cette pathologie ?

En règle générale, la constipation est provoquée par une mauvaise habitude alimentaire, le stress, le manque d’activité physique, l’anxiété, la présence de fissures anales ou d’hémorroïdes. Lorsqu’une personne ne va pas rapidement aux toilettes quand elle a envie d’évacuer les selles mais se retient, les selles restent trop longtemps dans le côlon ce qui a tendance à les durcir et elles deviennent difficiles à éliminer.

La prise d’un certain nombre de médicaments peut également être pointée du doigt comme certains antidépresseurs, anti-douleurs opiacés, sirops contre la toux, suppléments de fer ou certains anti-acides.

En outre, une occlusion intestinale comme une excroissance bénigne ou une tumeur, une hypothyroïdie, une insuffisance rénale chronique, un cancer du rectum ou du côlon ou un syndrome du côlon irritable peuvent être facteurs de constipation. Dans tous les cas, rien ne vaut un bon diagnostic pour déceler les causes de la pathologie.

A quel moment consulter un spécialiste ?

Dans le cas où la constipation devient un problème, il est impératif de consulter rapidement un médecin. Cela est nécessaire et urgent notamment lorsque les selles sont accompagnées de sang, en cas de perte de poids, de douleurs et ballonnements alternés de diarrhée ou si les symptômes durent plus de trois semaines.

Le spécialiste procèdera à une radio de l’abdomen afin de confirmer une stagnation des selles. Il peut aussi pratiquer un toucher rectal afin de chercher un fécalome ou un bouchon de matières.

Un examen clinique accompagné d'une palpation de l’abdomen est aussi réalisé par le spécialiste. Les ballonnements et le durcissement du ventre permettront de sentir les selles au cours de la palpation.

Quels sont les principaux moyens de prévention ?

Le principal mode de prévention de la constipation repose sur une bonne alimentation. Il faut qu’elle soit constituée en quantité de fruits et de légumes de préférence riches en fibres qui contribuent à augmenter le volume des selles en apportant de l’eau au côlon afin de simplifier ainsi l’évacuation. Parmi les aliments les plus riches en fibres figurent les légumes secs (pois chiche, haricots secs, lentilles), les pruneaux, les noix ainsi que les légumes verts. Par contre, il faut éviter des aliments comme les pommes de terre, les radis, les choux ou les bananes qui retardent le transit.

fruits et légumes avec fibres

L’hydratation est également la clé dans la lutte contre la constipation car l’eau favorise l’augmentation du volume des selles. L’eau plate sera un meilleur allié que l’eau gazeuse, souvent source de ballonnements. Les jus de fruits ainsi que les tisanes laxatives sont à privilégier.

A côté d’une bonne hydratation et d’une bonne alimentation, des exercices physiques réguliers sont indispensables. Etre actif aurait des impacts positifs sur le transit intestinal et les muscles abdominaux.

Enfin, il est vivement conseillé d’aller aux toilettes dès que l’envie d’évacuer les selles se ressent. Après les repas notamment, des contractions apparaissent entraînant une envie d’évacuation. Ce réflexe est naturel et permettra de se soulager plus facilement. La constipation n'est pas un problème à traiter à la légère : pour la petite histoire, sachez que le décès du king Elvis Presley aurait été causé par une constipation chronique.

Comment traiter efficacement la constipation ?

Si une bonne alimentation et une bonne hygiène de vie sont conseillées pour venir à bout de la constipation, cela ne suffit pas toujours. Ces mesures sont accompagnées de traitements curatifs. L’usage de remèdes naturels est à envisager surtout si la constipation est provoquée par le stress ou l’anxiété par exemple. Dans ce cas, l’acupuncture ou l’homéopathie montrent beaucoup d’efficacité. Vous pouvez également tenter des massages afin de dynamiser des intestins un peu trop paresseux.

Sinon, il existe les traitements médicamenteux à l’instar des laxatifs qui doivent être pris temporairement et non en traitement continu. Ces laxatifs peuvent provoquer des pertes en sels minéraux et des irritations des voies digestives lorsqu’ils ne sont pas employés à bon escient. L’usage d’émollients fécaux et la pratique de lavements sont aussi préconisés car ils ramollissent les selles. Consulter un médecin pour une prescription sera un geste des plus salutaires pour trouver le bon traitement.

Si la constipation reste souvent un sujet tabou chez certaines personnes, il est pourtant important d’en parler. Consultez un médecin en cas d’inquiétude permettra d’éviter des soucis irréversibles. Et en attendant, la lecture très instructive du livre de Giulia Enders "Le Charme discret de l'intestin" vous sera très précieuse !

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : Z9DsvK

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Poursuivre votre lecture