Vous êtes ici : Les dossiers santé et bien-être > Prévention et maladies > Dysfonctionnement de la thyroïde : symptômes, causes, traitements et prévention

Dysfonctionnement de la thyroïde : symptômes, causes, traitements et prévention

Dysfonctionnement de la thyroïde

La thyroïde est une toute petite glande située à la base du cou qui a pour fonction de produire des hormones particulières, la thyroxine (appelée aussi T4) et la triiodothyronine (T3). Ces hormones thyroïdiennes ont un rôle essentiel dans le bon fonctionnement de nombreuses fonctions de l’organisme telles que la circulation sanguine, la température du corps, le rythme cardiaque, la digestion ou encore le fonctionnement du cerveau.

Dans tous les cas, et compte tenu de son rôle prédominant pour le corps, un dysfonctionnement de la thyroïde entraîne de multiples symptômes. Quels sont-ils ? Pourquoi la thyroïde se dérègle ? Comment prévenir et traiter ces dysfonctionnements ?

Les symptômes qui doivent faire penser à un dysfonctionnement de la thyroïde

Les dysfonctionnements de la thyroïde sont dus soit au ralentissement de son activité (hypothyroïdie) ou, au contraire, à son fonctionnement plus rapide que la normale (hyperthyroïdie). L’hypothyroïdie est le dysfonctionnement le plus fréquent qui touche plus souvent les femmes de plus de 40 ans ou lors d’une grossesse.

Quand la thyroïde devient paresseuse, la personne concernée peut ressentir une grande fatigue physique et intellectuelle, perdre des cheveux, devenir frileuse, prendre du poids, être plus sujette à la constipation, avoir le visage et les yeux gonflés, des trous de mémoire, des démangeaisons, de l’hypertension, présenter une hausse des taux de cholestérol, une baisse de la libido. Une suractivité anormale de la thyroïde entraîne, elle, de la nervosité, des sautes d’humeur, de l’insomnie, une transpiration excessive ou encore de la tachycardie.

Plusieurs types d’examens permettent de détecter un dysfonctionnement de la glande thyroïde :

  • une palpation du cou qui permet notamment de déceler des nodules thyroïdiens
  • une prise de sang qui permet de doser les hormones produites par la glande thyroïde et de détecter des anomalies
  • une ponction cytologique qui consiste à prélever des cellules dans un nodule et à les analyser
  • une scintigraphie qui permet par l’injection d’un produit radioactif de détecter des nodules

Les causes du dysfonctionnement de la thyroïde

Les causes du dysfonctionnement de la thyroïde sont différentes selon le type de dérèglement.

En cas d’hypothyroïdie

Deux causes principales sont à l’origine de ce type de dysfonctionnement :

  • la thyroïdite de Hashimoto : c’est une maladie génétique dans laquelle le système immunitaire attaque la glande thyroïde et l’empêche de fonctionner correctement
  • une carence en iode : cet élément chimique présent dans l’alimentation (sel, poissons, fruits de mer, algues, etc.) est nécessaire au bon fonctionnement de la thyroïde.

En cas d’hyperthyroïdie

  • la maladie de Basedow : c’est une maladie qui se caractérise par un dérèglement du système immunitaire qui a pour conséquence de stimuler anormalement les hormones thyroïdiennes
  • des nodules thyroïdiens : il s’agit d’augmentations de volume au niveau de la glande thyroïde telles un kyste, une inflammation localisée ou encore un cancer de la thyroïde. Ces nodules entraînent la production excessive d'hormones thyroïdiennes
  • une inflammation de la glande thyroïdienne
  • une administration importante d'hormones thyroïdiennes dans le cadre par exemple du traitement d’un goitre (invasion de nodules dans la thyroïde)

Comment prévenir les dysfonctionnements de la glande thyroïde ?

Une bonne hygiène de vie peut permettre de prévenir les maladies de la thyroïde. Le stress et l’anxiété sont quelques-uns des facteurs de ces maladies. Il convient donc d’apprendre à contrôler ses émotions par la pratique par exemple du yoga ou de la méditation. D’autre part, pour combler le déficit en iode essentiel à la fabrication des hormones thyroïdiennes, il est important de privilégier tous les aliments qui en contiennent comme le poisson, les crustacés, les produits laitiers, les œufs ou la charcuterie. Un déficit en iode trop important peut aussi être apporté par des compléments alimentaires.

Les perturbateurs endocriniens présents dans l’alimentation comme les flavonoïdes du soja ou de l’arachide sont à éviter car ils empêchent la bonne assimilation de l’iode dans le corps. Les pesticides, les poissons d’eau douce souvent contaminés par des substances chimiques, l’eau conservée dans des bouteilles en plastique sont aussi à consommer avec précautions.

Il est conseillé de ne pas fumer car le tabac ne fait pas bon ménage avec la thyroïde : la nicotine et les toxiques de la fumée peuvent entraîner un goitre et les fumeurs ont deux fois plus de risques de développer une maladie de Basedow.

Les traitements dépendent du type de dysfonctionnement de la thyroïde

Les traitements des maladies liées au dysfonctionnement de la thyroïde dépendent de la pathologie décelée qui peut être hormonale (l’hypothyroïdie et l’hyperthyroïdie) ou morphologique (nodules, goitre, cancer de la thyroïde). Les dérèglements dus à une pathologie hormonale sont traités grâce à la prise d’un traitement médicamenteux à vie d’hormones de synthèse pour l’hypothyroïdie ou d’antithyroïdiens pour l’hyperthyroïdie. Les nodules et le goitre demandent à être surveillés régulièrement et si un cancer est suspecté, on procède à l'ablation de la thyroïde par voie chirurgicale, mais celle-ci n’est envisagée qu’en cas de cancer ou de récidive d’hyperthyroïdie.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : JJXrzU

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Poursuivre votre lecture