Vous êtes ici : Les actualités > Actualités > Le délit d'entrave numérique à l'IVG fait débat

Le délit d'entrave numérique à l'IVG fait débat

délit d'entrave numérique à l'IVG

Bien que la loi Veil du 17 janvier 1975 relative à l'interruption volontaire de grossesse, ne soit pas remise en cause en elle-même, il n'en demeure pas moins que le débat sur l'IVG reste très sensible et refait surface dès que l'occasion se présente comme en témoigne le texte sur le délit d'entrave numérique à l'IVG discuté à l'Assemblée Nationale ces jours ci, alors qu'il a déjà été retoqué au Sénat en octobre dernier.

Qu'est-ce que le délit d'entrave numérique à l'IVG

Une proposition de loi du Parti Socialiste doit être débattue jeudi 1er décembre 2016 par les députés afin d'élargir le délit d'entrave à l'interruption volontaire de grossesse aux sites Internet diffusant des informations "biaisées" sur l'avortement. Ainsi ces sites qui diffusent ou transmettent "par tout moyen" : "(...) des allégations, indications ou présentations faussées et de nature à induire intentionnellement en erreur, dans un but dissuasif, sur la nature, les caractéristiques ou les conséquences médicales d'une interruption volontaire de grossesse (...)" pourraient être, in fine, fermés.

Sans surprise, le groupe Les Républicains votera contre le texte, conformément aux annonces des récents candidats à la Primaire de la droite et du Centre.

Entre la "liberté d'expression" revendiquée par ces sites et la lutte contre des informations "tronquées ou mensongères" invoquée par les défenseurs de ce délit d'entrave, un débat acide s'annonce à n'en pas douter surtout qu'en plus, les lobbys catholiques s'en mêlent par la voix notamment très officielle du président de la Conférence des évêques de France, Mgr Georges Pontier, qui en a appelé au Président de la République !

Quels sites seraient concernés par le délit d'entrave numérique à l'IVG

Le site officiel gouvernemental d'information sur l'IVG est de plus en plus bousculé par des sites concernés par le délit d'entrave numérique à l'IVG, tels que ivg.net, ecouteivg.org ou afterbaiz.com qui proposent même un numéro vert pour "un service d'écoute et de soutien anonyme et gratuit" bourré de contre-vérités et d'informations totalement mensongères et partisanes qui visent à culpabiliser les femmes.

Leur bon positionnement dans les moteurs de recherche tend à les faire passer pour des sites officiels ayant autorité, ce qui n'est pas le cas comme a pu le constater Guillaume Meurice dans l'émission du 12 octobre dernier sur France Inter "Si tu écoutes j’annule tout" :

Bien qu'humoristique, la chronique n'a pas du tout trafiqué les dires de l'interlocutrice du site ivg.net : si vous trouvez cette désinformation grave, vous pouvez signer une pétition pour inciter les députés à voter ce projet de loi de délit d'entrave numérique à l'IVG.

Écrit par Nathalie le 30/11/2016
Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter cet article

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : RL4a2k

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres actualités à découvrir