Vous êtes ici : Les actualités > Actualités > Trop de dépistage du cancer de la prostate ?

Trop de dépistage du cancer de la prostate ?

dosage du taux de PSA

Le quotidien Libération publie, ce 15 novembre 2016, un article signé Eric Favereau sur le cancer de la prostate qui serait surtraité, surdépisté en France du fait d'une mauvaise approche et définition du dosage de PSA, le fameux taux à partir duquel les hommes sont menacés d'un cancer.

Quel dépistage pour le cancer de la prostate ?

La prostate est une glande qui fabrique une protéine qui se retrouve dans le sang, nommée PSA (Prostate Specific Antigen), antigène prostatique spécifique. Cette quantité de PSA dans le sang est facilement dosée par une simple prise de sang. C'est le taux de PSA qui permet de dire s'il y a un cancer de la prostate en route ou pas.

Si on fait faire aux hommes ce dosage depuis les années 1990 assez systématiquement, les médecins et urologues avaient des alertes à partir d'un taux trop bas de PSA. Du coup, bien des hommes ont été opérés avec ablation de la prostate à tort, ce qui n'est pas un acte à prendre à la légère puisque les risques d'incontinence et d'absence d'érection sont réels.

Aujourd'hui l’Institut national du cancer avance que le cancer de la prostate est d’abord un "cancer d’évolution lente" reconnaissant "des risques de surdiagnostic et de surtraitement" avec "des effets indésirables" liés aux traitements. En 2012, la Haute autorité de santé (HAS) a carrément indiqué que "Le dépistage du cancer de la prostate par dosage du PSA présente un intérêt non démontré chez les hommes présentant des facteurs de risque". Les deux organismes rappellent également "la nécessité d’une information préalable des hommes afin de permettre une décision éclairée" ce qui n'est pas le cas très souvent.

Bien évidemment, le cancer de la prostate peut être grave (plus de 20 000 morts par an), mais des biopsies doivent venir confirmer son apparition, d'une part afin de ne traiter que les cancers les plus graves de la prostate, et d'autre part, plus la personne est âgée, plus le dosage du PSA est inutile.

Écrit par Nathalie le 16/11/2016
Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter cet article

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : HYu9Z3

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres actualités à découvrir